Présentation

Le parcours ICo propose une formation en informatique généraliste en 2 ans. Il se démarque des autres parcours du master informatique, en s’adressant à des étudiants ayant une formation initiale autre qu’informatique, afin de leur proposer d’acquérir les concepts essentiels à une maîtrise des enjeux actuels du numérique. Les stages de mise en pratique, et modules liés à la gestion de projet, complètent les enseignements plus fondamentaux en informatique proposés par le parcours.

La formation cible deux types de profil étudiant : (1) des étudiants souhaitant acquérir et valoriser une double compétence dans des métiers en émergence à forte valeur ajoutée, ou bien (2) des étudiants envisageant une reconversion professionnelle et visant des postes plus traditionnels en informatique.

Responsables pédagogiques

Isabelle Mougenot et Konstantin Todorov

fds-info-respICo@umontpellier.fr

Dans le tableau ci-dessous, cliquez sur le code d’une UE pour consulter son contenu

ICo

– un savoir-faire technologique en informatique, notamment en programmation objet, gestion et administration de bases de données, systèmes et réseaux, et technologies du web

– compétences dans des domaines informatiques spécialisés tels que la science des données, le machine learning et la programmation mobile

– compétences en analyse et conduite de projet

Insertion professionnelle

– ingénieur/chef de projet informatique

– ingénieur scientifique avec une double compétence

Secteurs d’activités :

– secteur tertiaire / SSII

– poursuite d’études en thèse (en informatique, ou dans des domaines transdisciplinaires)

Le master est accessible sur dossier aux titulaires d’une licence (ou
équivalent) d’un domaine différent de l’informatique. Les étudiants avec
une licence ayant fait peu ou pas du tout d’informatique sont
éligibles.

Possibilité offerte (sur dossier) de réaliser en parallèle de la formation initiale une formation en management donnant le grade de  master en Management des Technologies et des Sciences. Sur les deux années de la formation, le cursus alterne des enseignements d’informatique (dispensés par  la FDS) et des enseignements de management (dispensés par l’IAE) avec un stage commun validé par les deux composantes en deuxième année.

« J’ai été étudiant en Master IPS à l’université de Montpellier pendant la période de 2016 à 2018. Grâce à cette formation de qualité, je suis aujourd’hui développeur JAVA et JAVASCRIPT à la BNP PARIBAS. Je travaille sur beaucoup de projets avec des responsabilités. Ce que je peux dire est que la formation offre beaucoup de débouchés pas seulement dans le métier de développeur mais également dans d’autres métiers comme DBA (database administrator) Et pour info en 2018 après nos diplômes toute la promotion IPS a trouvé un emploi. »

Khaled

« A la suite de mon diplôme d’ingénieur en traitement du signal, j’ai souhaité renforcer mes compétences en informatique, c’est pourquoi j’ai rejoint le master IPS (2014-2016). J’ai effectué mon stage de fin de master à l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI), à Paris, ce qui a débouché sur un recrutement.
Une fois en poste à l’ANSSI, mon activité principale a consisté en la création d’un système d’information décisionnel au sein de la DSI. Dans un second temps, j’ai également participé à la conception d’un outillage d’intégration continue s’appuyant sur la conteneurisation (Docker) et respectant l’état de l’art en matière de sécurité informatique.
En 2020, j’ai quitté l’ANSSI et j’ai rejoint l’agence de mutualisation des universités et des établissements (AMUE), à Montpellier. Ce poste est assez différent de mon emploi précédent, que ce soit en termes de contenu technique, de contexte ou d’organisation. Je travaille au sein d’un projet de développement d’une application de gestion de scolarité, et plus précisément, je m’occupe de la reprise de données depuis les anciennes applications de scolarité utilisées par les établissement et de leur migration vers le nouveau système.
Au-delà de ces différences, il y a des points communs notables entre mes différentes activités de ces dernières années : il s’est agi essentiellement de traitement de données, avec pas mal de développements de type ETL (Extract, Transform, Load), et mes tâches ont toujours été transverses, à la fois techniques mais touchant aussi à des aspects fonctionnels et en relation avec les utilisateurs (tant pour la compréhension des besoins lors de la conception que pour de l’accompagnement. »

Maud

« J’avais obtenu une licence en biologie-environnement spécialité hydrologie.
Voici en résumé mon expérience professionnelle :  – Février 2018 – stage de fin d’étude du Master 2 IPS dans l’entreprise CGI, j’ai travaillé sur l’outil CRM Salesforce. Cet outil implique peu de développement car il y a beaucoup de standard. Néanmoins, le projet sur lequel j’étais était spécifique, ce qui signifiait qu’il y avait pas mal de développements mis en place car le standard ne répondait pas à nos besoins. Le langage de programmation est l’Apex (= java simplifié).
Août 2018 – fin du stage, pour information, la présentation de mon stage n’avait pas trop plu aux professeurs justement à cause de ce manque de développement. Ils m’ont reproché d’avoir fait peu de technique, ce à quoi mon maître de stage a répondu que j’ai quand même fait du développement, mais que Salesforce n’a pas pour but de faire que des lignes de code.
J’ai ensuite obtenu un CDI chez CGI où j’ai continué à travailler sur l’outil Salesforce. N’étant pas très bonne dans le développement, je suis passée dans le domaine fonctionnel. Donc jusqu’à février 2022, j’ai travaillé chez CGI en tant que consultante fonctionnelle junior sur Salesforce pour des clients. Mon travail consistait dans les grandes lignes à : – récupérer les nouveaux besoins des clients – affiner ces besoins via des réunions clients et/ou métiers – écrire toutes les documentations nécessaires sur ces évolutions – puis les développements étaient réalisés par l’équipe de développement – je m’occupais ensuite d’écrire et d’exécuter tous les scénarios de tests (intégration, non régression) – enfin, suivi des besoins jusqu’à leur mise en production – je gérais également les retours de bugs J’ai toujours travaillé en mode Agile, c’est quelque chose que nous voyons dans ce master (je ne me rappelle plus de l’intitulé de la matière).
Puis j’ai changé d’entreprise depuis un peu plus d’un mois, je travaille chez Astek en tant que Proxy Product Owner, qui correspond plus ou moins à ce que j’ai fais chez CGI (les intitulés de poste peuvent varier d’une entreprise à une autre sans forcément avoir de grandes différences dans les tâches à faire), mais je travaille sur un outil appelé ClickOnSite. Je travaille toujours en mode Agile mais c’est beaucoup + poussé qu’à CGI.
Je comprendrais que mon expérience ne soit pas pertinente pour les étudiants du master, car nous sommes principalement formés pour faire du développement. Mais je me permets de préciser que le domaine fonctionnel dans l’informatique et très vaste et peut être très recherché, en fonction des entreprises et bien sûr en fonction des besoins. Je précise cela car je me rappelle de la remarque des professeurs pendant mon oral de stage qui m’ont reproché de ne pas avoir fait beaucoup de technique, mais le domaine fonctionnel est tout aussi important que le domaine technique. Il vous faut être rigoureux, impliqué et sérieux pour être un bon élément dans le domaine fonctionnel (non pas que les développeurs ne doivent pas l’être, mais si vous n’avez pas bien décrit votre besoin en tant que fonctionnel, alors les développeurs ne développeront pas ce que le client souhaitait, ce qui entraîne perte de temps puis d’argent etc). Il faut également vouloir être en front avec le client, ce que la plupart des développeurs ne souhaitent pas. D’où l’importance de ce domaine.
.Je ne savais pas à quoi m’attendre lorsque je suis arrivée chez CGI et je me doute que certains étudiants peuvent ressentir la même chose, mais il existe beaucoup de domaines et d’outils différents dans l’informatique qui ne sont pas à négliger et qu’on ne voit pas forcément en cours »

Manon

« Je suis d’origine russe et je suis arrivée en France en 2016 pour faire le Master IPS à l’Université de Montpellier. Avant de venir en France, j’ai travaillé chez un fournisseur d’accès à Internet Belge qui s’appelle Edpnet en tant que provisioning engineer. C’est là que j’ai commencé à m’intéresser à l’informatique.

Ce Master m’a justement permis de faire une reconversion dans ce domaine. Lors de mes études j’ai appris les bases de la programmation orientée objet, du développement Web, de l’administration systèmes Linux et Microsoft et bases de données.

Après le Master j’ai décidé de m’orienter vers l’administration systèmes et j’ai continué mes études à l’école Aston en formation de Technicien Systèmes Réseaux et Sécurité en alternance chez les Restaurants du Cœur en tant que technicienne systèmes et réseaux.
Pendant mon alternance chez les Restos du Cœur j’ai pu faire plusieurs projets qui m’ont permis de monter en compétences en administration systèmes Linux et en technologies cloud (AWS).
Avant la fin de mon alternance j’ai décroché mon premier CDI chez Claranet en tant qu’administratrice système Linux. Chez Claranet j’ai pu monter en compétences avec des technologies telles que : Outils d’infra as code : Terraform, CloudFormation Outils de gestion et configuration :
Ansible, Chef Outils d’intégration et de déploiement continu : GitLab CI/CD, Jenkins Cloud Computing : AWS, Azure, GCP Outils de supervision : Prometheus, Centreon, Datadog Outil de caching : Varnish Administration linux : Debian, CentOS, RedHat Outil d‘orchestration : Kubernetes

Ayant une forte appétence pour le DevOps et envie de progresser encore plus et mettre en place des choses j’ai rejoint Epsor pour mon deuxième CDI en tant qu’ingénieure DevOps. Chez Epsor dans l’équipe DevOps nous sommes responsables de l’infrastructure informatique qui est hébergée entièrement chez AWS et entièrement terraformée, les applications tournent sur des clusters EKS et sont déployées avec du Helm via GitLab CI/CD. On fait également de l’automatisation et du tooling pour les développeurs avec lesquels on travaille en étroite collaboration.

Je m’épanouis dans mon travail et tout cela n’aurait pas été possible sans le Master IPS qui m’a posé des bases solides en informatique et pour cela je tiens à remercier tous les professeurs ainsi que tout le personnel pédagogique de la Faculté des Sciences à Montpellier. »

Daria